Panneaux digitaux: 3 minutes pour comprendre la polémique

Si vous n’avez pas bien compris l’affaire des panneaux digitaux et des villo électriques ! 3 minutes pour comprendre:

JC Decaux a annoncé l’arrivée de 1 800 Villo électriques dans Bruxelles. Cela coûtera 85 € par an à l’usager de ce service (abonnement).

Pas cher? On vous explique

  • JC Decaux transforme un tiers de sa flotte en vélos électriques, contre la transformation d’un tiers de ses panneaux publicitaires traditionnels en panneaux numériques
  • On est donc sur un système subventionné puisque l’autorité publique cède 1 800 écrans dans l’espace public (et donc l’autorité vend des cerveaux disponibles). Quand vous vous promenez, impossible d’échapper à ces grands écrans! Cela représente des bénéfices considérables pour JC Decaux!

Le système Villo électrique est fort critiqué

  • Batterie avec une autonomie de 8 km seulement
  • Batterie qui doit toujours être emportée par l’abonné
  • On reste toujours sur un système de bornes alors que les concurrents offrent l’avantage du freefloating

Pas de permis délivré

En février 2019, 6 communes bruxelloises ont remis un avis négatif sur ces panneaux : Ixelles, Schaerbeek, Saint-Gilles, Forest, Etterbeek et Watermael-Boisfort. Essentiellement pour deux raisons : sécurité routière et consommation énergétique.

  • Selon VIAS (ex-IBSR), ces panneaux ne respectent pas l’article 80.2 du code de la route. Celui-ci stipule qu’il est interdit « d’établir sur la voie publique des panneaux publicitaires, enseignes ou autres dispositifs qui éblouissent les conducteurs, qui les induisent en erreur, représentent ou imitent même partiellement des signaux routiers, se confondent à distance avec des signaux ou nuisent de toute autre manière à l’efficacité des signaux réglementaires. Il est interdit de donner une luminosité d’un ton rouge ou vert à tout panneau publicitaire, enseigne ou dispositif se trouvant dans une zone s’étendant jusqu’à 75 mètres d’un signal lumineux de circulation, à une hauteur inférieure à 7 mètres au-dessus du sol. » « Si un piéton renversé portait plainte, il pourrait gagner« , selon le porte-parole de Vias.
  • Chaque panneau consomme l’équivalent énergétique de deux ménages(1). C’est donc l’équivalent de 3 600 ménages qui va consommer de l’énergie

Aujourd’hui, des panneaux sont déjà apparus sur les trottoirs. Sans permis puisque un recours suspensif a été introduit par trois communes (Ixelles, Saint-Gilles et Forest). La balle est dans le camps du Gouvernement Régional Bruxellois.

En attendant, deux communes (Ixelles et Saint-Gilles) ont déjà porté plainte ces derniers jours.

(1) http://adblockbristol.org.uk/2019/11/the-electricity-cost-of-digital-adverts

Pour aller plus loin:
Bruxelles, voici à quoi ressemblent les nouveaux Villos Electrique (RTBF)

L’arrivée de Villos électriques compromise à cause de divers refus de panneaux publicitaires numériques (RTBF)

Une publicite un peu floue (Le Soir)

Panneaux digitaux: 3 minutes pour comprendre la polémique
Fermer le menu